LES CONTEMPLATIONS (livres 1 à 4)

Les contemplations est un recueil poétique du poète romantique Victor Hugo publié en 1856. Bien que le programme ne s’intéresse qu’aux 4 premiers livres, le recueil en compte 6 au total. Par ailleurs, cette oeuvre poétique en vers est marquée par la mort de se fille Léopoldine. En effet, les textes les plus anciens datent de 1830 alors que la plupart ont été écrits entre 1841 et 1855. Ensuite, ce recueil apparaît comme une autobiographie versifiée. Effectivement, la disparition tragique de sa fille s’inscrit comme une rupture dans la vie et dans le bonheur de son père. Cette oeuvre porte la forme du souvenir des jours heureux.

On voit la souffrance de Victor Hugo comme il la relate dans les Contemplations livres 1 à 4.

1. LES CONTEMPLATIONS (LIVRES 1 À 4), DEUX PARTIES

En effet, le recueil s’organise à priori de manière chronologique. Cependant, Victor Hugo a falsifié certaines dates de rédaction pour réorganiser ses textes de manière plus symbolique et psychologique qu’historique. Il se découpe ainsi en deux parties de trois livres chacune:

« autrefois » (1830-1843)

  • Livre 1: « Aurore ». Ce premier livre relate les souvenirs de jeunesse du poète. Il porte ainsi sur ses premiers émois amoureux ainsi que sur ses premiers engagements littéraires.
  • Livre 2: « l’âme en fleurs ». Or ce deuxième livre est centré sur la question lyrique, amoureuse. Victor Hugo y relate les débuts de sa relation avec Juliette Drouet.
  • Livre 3: « les luttes et les rêves ». Puis, le troisième livre porte sur la question sociale et politique qui préoccupera beaucoup le poète. Il traite dans ce livre la misère.

« aujourd’hui » (1843-1850)

  • Livre 4: « pauca meae ». Dans ce quatrième livre, Victor Hugo essaie d’entrer en communication avec Léopoldine après sa mort. Il semble d’ailleurs s’adresser directement à elle. Ce livre traite donc de la mort et de la souffrance d’un père.

2. LES THEMES

Tout d’abord, certains thèmes apparaissent comme récurrents voire structurants dans Les Contemplations.

A. La mort et le deuil

Comme nous pouvons le constater d’emblée, la mort par noyade de sa fille est au coeur même du recueil. En effet, la jeune femme se noye au cours d’une promenade en bateau avec son mari en 1843. Son père est alors en voyage avec Juliette Drouet. Ainsi, « pauca meae » porte la marque de la souffrance. Le poète tente de transformer sa douleur en beauté en prenant appui sur la forme poétique. Précisons toutefois qu’il ne se laisse pas aller au pathos ou au lyrisme larmoyant. En outre, la douleur individuelle tend à s’inscrire dans un mouvement de généralisation: « quand je vous parle de moi, je vous parle de vous ».

B. L’amour

Victor Hugo traite également la question amoureuse sous diverses formes: naïve avec l’amour enfantin mais aussi de manière plus sensuelle. L’amour apparaît comme un vecteur de bonheur.

C. La nature et le lyrisme

La nature semble être un lieu de plénitude, de bonheur là-encore. Ces poèmes marqués par les thèmes propres au romantisme sont plus courts comme si Victor Hugo s’efforçait de saisir et d’arrêter des instants fugaces.

D. Un recueil mystique

C’est auprès de Delphine de Girardin que Victor Hugo participe à des séances de spiritisme pour tenter d’établir une communication avec l’Au-Delà et avec sa fille défunte. Le poète s’inscrit dans un double mouvement : Chrétien et Panthéiste.

Pour aller plus loin:

Hernani de Victor Hugo (analyse)

Biographie de Victor Hugo (sa vie)

Bibliographie de Victor Hugo (son oeuvre)

2 réflexions sur « LES CONTEMPLATIONS (livres 1 à 4) »

  1. Bonjour ,
    ces sujets, très intéressant nous pousse a la discussion et a débattre …. chacun peut donner son avis . Toutefois , ces thèmes a peut être un point commun … La nature vient sans cesse nous rappeler ; Assurément il y a plus grand que nous , sa majesté nous extraient plus au moins gentiment du « moi je  » du consommateur qui peut sommeiller en nous et mettent en échec notre sentiment de toute puissance . Au sommet d’une montagne , au pied d’un arbre , en compagnie d’un être humain .

    1. Bonjour Cary,
      Merci de partager avec nous cette réflexion d’autant plus juste que l’on connaît l’attrait de Victor Hugo pour la religion chrétienne puis pour un mysticisme plus occulte après la perte de sa fille.
      Au plaisir de vous lire de nouveau,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.