Subordonnée conjonctive

Subordonnée conjonctive. Pour analyser correctement la phrase complexe, n’hésite pas à aller voir la fiche complète de cours et, en complément de regarder notre série de vidéos sur la chaîne Youtube (voir la vidéo 5 ci-dessous) Nous pouvons distinguer trois sortes de propositions subordonnées conjonctives: les complétives, les interrogatives indirectes et les circonstancielles.

On voit les principales sortes de subordonnée conjonctive.

1. La subordonnée conjonctive complétive

Comme toujours débutons à partir d’un exemple concret.

Ex: Je veux qu’il parte.

Commençons par analyser la phrase, nous verrons ensuite ses caractéristiques propres.

  • Nous relevons deux verbes conjugués, nous savons donc que nous avons affaire à une phrase complexe. Celle-ci est constituée de deux propositions: « je veux » et « qu’il parte ».
  • D’ailleurs, nous notons l’usage du subordonnant « que ».

Si tu ne sais plus comment savoir si « que » est pronom relatif ou conjonction de subordination, consulte notre fiche sur les pronoms relatifs et celle sur les conjonctions de subordination. Tu peux aussi aller voir la vidéo ci-dessous qui t’expliquera la différence.

Ici, « que » est placé après un verbe, c’est donc une conjonction de subordination. Comme c’est une conjonction de subordination, nous savons que le subordonnant est vide, il n’a donc pas de fonction grammaticale.

  • Ensuite, comme « que » est une conjonction, nous savons que la nature de la subordonnée est conjonctive.
  • Reste à trouver la fonction de la subordonnée par rapport à la principale « je veux ». On utilise alors les questions traditionnelles: « je veux quoi? » Qu’il parte. Nous comprenons alors que la subordonnée est C.O.D. du verbe de la principale. Lorsque c’est le cas, on dit que la proposition subordonnée conjonctive est complétive. En effet, l’adjectif « complétive » signifie qu’elle complète le verbe.

2)L’interrogative indirecte

A. Une conjonctive

Par exemple: Elle demande si tu as froid.

  • Dans cette phrase, nous relevons deux verbes conjugués, « demander » et « avoir ».
  • Cette phrase est donc complexe et elle s’articule autour de deux propositions: « elle demande » et « si tu as froid ».
  • La première est la principale et la seconde est la proposition subordonnée.

Si tu ne sais plus comment différencier la principale de la subordonnée, regarde la vidéo ci-dessous.

  • « Si » est le subordonnant et c’est une conjonction de subordination.
  • En tant que telle, elle n’a pas de fonction grammaticale.
  • En outre, la nature du subordonnant nous indique la nature de la subordonnée, c’est une proposition subordonnée conjonctive.
  • Quant à sa fonction, elle demande quoi? Si tu as froid. Nous voyons bien, que la subordonnée est C.O.D du verbe « demander ». C’est donc une complétive.

B. Une interrogative indirecte

  • Or, nous pouvons constater que la forme de cette conjonctive est particulière. En effet, elle prend la forme d’une interrogative indirecte comme l’indiquent plusieurs caractéristiques.
  • D’abord, le fait que le verbe de la principale soit un verbe de parole. Ensuite, nous pouvons revenir, par une transformation, à une interrogation directe.
  • Elle demande :
  • _As-tu froid? » Ainsi, à l’instar du récit fait par un narrateur, la conjonctive indirecte prend en charge le récit et englobe les paroles prononcées au discours direct.

3) La conjonctive circonstancielle

Là encore, nous nous en tiendrons à des caractéristiques majeures.

Ex: Pendant que tu dormais, le chien s’est enfui.

  • Nous notons la présence de deux verbes conjugués, « dormir et « s’enfuir », ce qui montre que la phrase est complexe.
  • Ensuite, nous pouvons délimiter les deux propositions « pendant que tu dormais » et « le chien s’est enfui ».
  • Nous constatons que la première est la subordonnée car elle s’ouvre par une locution conjonctive.

Si tu ne sais pas ce qu’est une locution conjonctive, va voir la fiche sur les conjonctions de subordination.

  • Ainsi, « pendant que » est une locution conjonctive.
  • Il n’a donc pas de fonction grammaticale.
  • Dès lors, la subordonnée est de nature conjonctive.
  • Pour ce qui concerne sa fonction: « le chien s’est enfui, quand? » « Pendant que tu dormais ». Ainsi, la proposition subordonnée répond à une interrogation temporelle et indique plus précisément la simultanéité entre les deux propositions.

La subordonnée conjonctive: conclusion

Nous arrivons au terme de cette brève fiche, n’hésitez pas à poster vos questions ou remarques en commentaires. Merci de votre lecture!

Pour aller plus loin:

Phrase simple et phrase complexe

Fiche sur les pronoms relatifs

Fiche sur les conjonctions de subordination

La subordonnée conjonctive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.