LA PRECIOSITE

LA PRECIOSITE

 

On observe un cercle de la préciosité organisé dans un salon.

 

La Préciosité se développe dans les salons en France et en Europe, de la fin du XVIème siècle et tout au long du XVIIème siècle. La mondanité et le raffinement sont au centre de ces cercles qui regroupent les aristocrates et les lettrés de l’époque.

1.Le courant précieux

A/En Europe

Premièrement au début du XVIIème, le mouvement précieux se développe à l’échelle européenne.

-En Angleterre, John Lily s’intéresse au maniérisme de la forme et à l’érudition.

-Le marinisme se développe en Italie. Il caractérise par un vide de la pensée opposé à une profusion verbale.

-En Espagne, Gongora est un poète plus authentique. Il se définit par l’obscurité du style.

 

B/En France

Deuxièmement la Préciosité naît avec la littérature courtoise et le roman allégorique. (Roman de la rose) On en trouve certaines traces chez Clément Marot, Maurice Scève, Joachim du Bellay ou encore Pierre de Ronsard.

C/Un fait social

Troisièmement, y a une poésie précieuse qui se développe en Europe au sein d’une société précieuse. La vie à la cour, brillante sous les Valois devient grossière sous Henri IV, c’est pourquoi les courtisans prennent l’habitude de se réunir entre gens de bien dans quelques hôtels particuliers. On y parle ainsi avec raffinement de sujets  galants.

Certaines duchesses : Mme de Guise, de Rohan ou de Brienne y côtoient des gentilshommes et des hommes de lettres.

On y fait des vers et on parle de littérature avec un certain excès parfois.

-Puis en 1607 paraît L’Astrée d’Honoré d’Urfé.

-Ensuite en 1610 l’assassinat du roi et les troubles de la Régence mettent entre parenthèses la vie mondaine.

Or c’est avec Richelieu que les salons reprennent de leur activité.

2.L’hôtel de Rambouillet

A/Catherine de Vivonne

Italienne d’origine, elle épouse le futur marquis de Rambouillet avec lequel elle a 7 enfants. Sa santé fragile la tient éloignée de la cour, elle attire donc à elle les esprits brillants.

-Elle fait construire un magnifique palais rue Saint-Thomas-du-Louvre et reçoit dans le fameux salon bleu où ses filles ne tarderont pas à la rejoindre.

-C’est le salon du bon goût et de l’élégance.

B/Les périodes

-D’abord de 1620-1625 : elle reçoit Richelieu, Mme de Sablé ou encore Mme de Clermont, Malherbe, Marin, Segrais ou Chapelain.

-Puis de 1625-1648 :de grands seigneurs comme le Duc d’Enghien ou La Rochefoucauld font de cette période la plus brillante. Mais la Fronde vient mettre un terme à cette période étincelante.

-Enfin de 1648-1665 : il est encore fréquenté par Mme de Sévigné ou Mme de La Fayette mais le salon est délaissé au profit de nouveaux salons plus animés.

C/vie à l’hôtel de Rambouillet

  • Plaisanteries et jeux de société
  • Divertissements littéraires
  • La conversation

3.Les autres salons

Puis après la Fronde, d’autres salons prennent de l’importance ceux de Mlle de Montpensier, de Mme de Sablé ou les salons plus bourgeois comme celui de Mlle de Scudéry.

 

A/Le salon de Mlle de Scudéry

Mlle de Scudéry avait alors une quarantaine d’années et n’était pas mariée. Elle était habituée à fréquenter le salon bleu.

Ainsi vers 1652, elle réunit tous les samedis matins dans son salon du Marais, les bourgeoises  passionnes de littérature et des gens de lettres comme d’Aubignac ou Chapelain. Moins aristocratique que le salon de Rambouillet, il s’organise surtout autour de la littérature.

Dès lors, tous les ans, Mlle de Scudéry publie des romans-fleuves : Le Grand Cyrus comporte dix volumes parus entre 1649 et 1653.De même avec Clélie. Ce sont des romans à clé c’est-à-dire que ses habitués se reconnaissent sous les traits des personnages. On prend aussi parti dans les querelles littéraires comme celle qui oppose l’abbé d’Aubignac et Mlle de Scudéry qui réclament l’invention de la carte du Tendre.

On voit la carte de la Préciosité aussi appelée carte du Tendre où son placés des lieux symbolisant l'amour courtois.

 

B/La préciosité ridicule

Les précieuses et précieux suivent la mode en l’exagérant, y compris sur le plan vestimentaire. On fait grand usage des fards, des mouches et du parfum.

Toutefois, l’affectation vient rompre avec les bonnes manières.

Molière fait un portrait à peine exagéré des précieuses dans Les Précieuses ridicules.

Dans Les femmes savantes, Molière s’attaque au goût pour la science des Précieuses.

De même, Paul Scarron, dans l’incipit du Roman comique notamment, parodie les métaphores alambiquées de la préciosité. Par exemple, il tourne en dérision le “char du soleil”.

 

4.La littérature précieuse et les idées portées par la Préciosité

A/Les sentiments

-Ainsi l’amour est le principal sujet de la préciosité. Mme Rambouillet exige un parfait respect de la convenance. La passion qui troublerait le calme est fuie. L’Astrée contribue à ce culte de l’amour épuré.

Alors on constate un retour à l’esthétique de l’amour courtois et platonique. Cette austérité de l’amour est parfois moquée mais elle s’accompagne parfois de coquetterie car les précieuses aiment la galanterie.

 

B/Les voyages au pays de Tendre

-Mlle de Scudéry reçoit la cour raffinée de Pelisson avant de s’avouer conquise.

-De plus, la carte du Tendre, initialement insérée dans La Clélie, symbolise les conventions amoureuses de la Préciosité. Ainsi, ce sont moins des sentiments sincères que des mots d’esprit qu’elle permet d’exprimer. C’est ce goût pour le raffinement galant qui explique le succès des romans psychologiques.

 C/Mariage et place de la femme

D’abord certaines femmes s’opposaient au mariage car elles considéraient qu’il maintenait la femme dans une situation de domination domestique. De plus, le mariage apparaît comme un rempart à la pureté de l’amour.

En outre, ce refus était souvent l’expression de la bourgeoisie au sein de laquelle les femmes étaient mariées contre leur gré. Elles revendiquaient ainsi un peu de la liberté dont jouissaient les aristocrates.

 

D/Les genres précieux

1)Les genres galants

Ainsi, la lettre, l’épigramme, le blason ou encore le rondeau apparaissent comme des genres typiquement galants.

Mais le plus bel exemple est la guirlande de Julie : calligraphiée sur vélin et ornée de fleurs symboliques, elle est offerte par Montausier à Julie d’Angennes. Elle est créée de manière collaborative par les habitués de l’hôtel de Bourgogne.

 

http://editions.bnf.fr/la-guirlande-de-julie

2)Les genres ingénieux

Ainsi l’énigme en vers, le bout-rimé (25 sonnets sur le même thème de la mort du perroquet et sur les mêmes rimes), la glose (elle consiste à reformuler dans un quatrain chaque vers d’un poème antérieur)

3)Les genres psychologiques

Ainsi le portrait est le genre psychologique par excellence. D’ailleurs, dans Le Grand Cyrus, Mlle de Scudéry trace le portrait des personnes de son entourage. De même, la métamorphose est à la mode, Voiture écrit la métamorphose de Julie en diamant.

4)Le style

  • D’abord, le langage : le choix de mots singuliers tels que les néologismes ou encore l’exagération.
  • De plus, la pureté et la bienséance : on rejette le réalisme parfois inacceptable. On remplace les mots qui renvoient à une forme de trivialité par des périphrases. La grossièreté du peuple est rejetée.
  • Enfin, on adopte souvent l’exagération.

De nombreuses oeuvres littéraires sont marquées par l’influence de la préciosité comme La Princesse de Montpensier de Mme de La Fayette ou encore La Princesse de Clèves, en particulier dans le portrait de Mlle de Chartres.

http://editions.bnf.fr/la-guirlande-de-julie

 

N’hésite pas à noter cette page si elle t’a apporté une aide. Pour aller plus loin, tu peux aussi lire:

-Princesse de Montpensier et histoire

Les aveux de la princesse de Clèves à son mari (scène de Coulommiers)

Clélie histoire romaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.