JEAN LUC LAGARCE

Jean-Luc Lagarce. Nous verrons d’abord les principaux éléments à retenir de sa biographie, puis nous évoquerons la bibliographie de l’auteur et pour terminer nous évoquerons ses mises en scène ou celles dont il a fait l’objet.

On voit un portrait de Jean-Luc Lagarce en noir et blanc qui sourit.

1. Biographie de Jean-Luc Lagarce

  • 1957 (14 février)  Jean-Luc Lagarce naît à Héricourt en Haute-Saône,
  • 1965 : la famille de Lagarce s’installe dans le Doubs,
  • 1975 : Lagarce part à Besançon faire des études de philosophie, en parallèle il s’inscrit au conservatoire d’art dramatique.
  • 1978 : Jean-Luc Lagarce obtient sa licence de philosophie.
  • 1980 : Il rencontre François Berreur. Puis, la même année il rédige un mémoire de maîtrise sur le sujet : Théâtre et pouvoir en Occident.
  • 1986 : Lagarce partage son temps entre Besançon et Paris.
  • 1990 : Il commence l’écriture de son journal intime sur sa machine à écrire. Puis, la même année, il séjourne à Berlin où il va passer plusieurs mois à écrire Juste la fin du monde. La pièce sera refusée par tous les comités de lecture.
  • 1992 : Il est hospitalisé. Il rend alors publique sa maladie.
  • 1994 : Il est de nouveau hospitalisé.
  • 1995 : Alors que les répétitions de Lulu de Frank Wedekind ont commencé, Jean-Luc Lagarce meurt.
  • 2001 : Début de la publication du Théâtre complet de Jean-Luc Lagarce aux Solitaires Intempestifs.

2.Bibliographie de Jean-Luc Lagarce

  • 1972 : Jean-Luc Lagarce écrit sa première pièce de théâtre alors qu’il est en classe de troisième.
  • 1977 : début de la rédaction du Journal.
  • 1978 : Il écrit Elles disent…l’Odyssée. La même année est publiée la pièce Carthage, encore.
  • 1980 : Publication du Voyage de Mme Knipper vers la Prusse orientale.
  • 1984 : Publication de Retour à la citadelle.
  • 1987 : Il publie sous des pseudonymes des articles sur le cinéma dans Libération. Puis, la même année, il publie Derniers remords avant l’oubli.
  • 1988 : Jean-Luc Lagarce découvre qu’il est séropositif[1].
  • 1989 : Il débute le premier traitement disponible contre le SIDA dit AZT. Puis, il écrit Quichotte, un livret d’opéra.
  • 1993 : Il participe à une rencontre organisée à Beaubourg autour de la pièce Juste la fin du monde.
  • 1994 : Théâtre Ouvert lui commande une pièce. Il écrit J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne. De même, le Théâtre National de Bretagne lui commande un texte, ce sera Le Pays lointain.
  • 1997 : Publication posthume de trois récits : L’apprentissage, Le Bain et Le voyage à La Haye.

3.Mises en scène 

Jean-Luc Lagarce : années 1980

  • 1977 : Il participe à la création d’une troupe de théâtre amateur, Le théâtre de la Roulotte. Ensuite, ce sont les premières représentations de ses pièces La bonne de chez Ducatel et Erreur de construction.
  • 1981 : représentation de la pièce d’Ici ou d’ailleurs (mise en scène par Carlo Gozzi).
  • 1982 : Adaptation et mise en scène de Phèdre de Jean Racine. Puis, la même année, mise en scène de sa pièce Noce par Ghislaine Lenoir.
  • 1983 : Mise en scène de la pièce Vagues souvenirs de l’année de la peste et D’histoire d’amour.
  • 1984 : mise en scène de la pièce de Kakfa Préparatifs d’une noce à la campagne ainsi que de la pièce de Crébillon fils Des égarements du coeur et de l’esprit. Enfin, mise en scène de sa pièce Les orphelins par Christiane Cohendy.
  • 1985 : mise en scène de Hollywood.
  • 1986 : Il met en scène l’essai satirique de Jonathan Swift Instructions aux domestiques.
  • 1987 : Il met en scène Dommage qu’elle soit une putain de John Ford.
  • Mise en scène de Chroniques maritales (de Marcel Jouhandeau).
  • 1989 : il fait les premières expérimentations avec la vidéo. Puis mise en scène de Music-hall.

Années 1990

  • 1990 : Mise en scène de la pièce de Feydeau, On purge bébé. La même année, il met en scène Derniers remords avant l’oubli de Peter Hans Cloos. Enfin, François Rancillac met en scène sa pièce, Retour à la citadelle.
  • 1991 : Il met en scène et joue dans Histoire d’amour (derniers chapitres).D’ailleurs, la même année il met en scène La cantatrice chauve de Ionesco qui connaît un grand succès.
  • 1992 : mise en scène des Solitaires intempestifs. Il fonde avec François Berreur les éditions des Solitaires intempestifs.
  • 1993 : Il met en scène Le malade imaginaire de Molière qui connaît un vif succès.
  • 1994 : Mise en scène de L’île des esclaves de Marivaux. Puis, la même année mise en scène des Règles de savoir-vivre dans la société moderne. Enfin, la même année, Robert Cantarella met en scène J’attendais que la pluie vienne.
  • 1995 : Il met en scène La cagnotte d’Eugène Labiche.
  • 1997 : Mise en scène par Joël Jouanneau de J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne. Puis, création de Nous, les héros par Olivier Py. La même année, Joël Jouanneau crée Juste la fin du monde.
  • 2007 : Mise en scène de Juste la fin du monde par François Berreur.
  • 2008 : Entrée au répertoire de la Comédie- Française de Juste la fin du monde dans la mise en scène de Michel Raskine.

Si tu as des questions, poste-les en commentaires. D’autres cours ou fiches peuvent t’intéresser:

-Biographie de Montaigne

Biographie de Molière

Biographie de Stendhal

Biographie de Marivaux

De plus d’autres fiches de cours sur Juste la fin du monde peuvent t’intéresser:

Juste la fin du monde prologue

Juste la fin du monde analyse

Dissertation sur Juste la fin du monde et la CRISE

Explication linéaire du monologue de Suzanne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.