La Fontaine le corbeau et le renard

La Fontaine le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
“Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. “
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : “Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. “
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Les Fables, La Fontaine

On voit le corbeau et le renard de la fable de la fontaine dans un dessin très coloré et léger.

Introduction

“Le corbeau et le renard” est une fable de Jean de La Fontaine. En effet, en 1668, La Fontaine publie le premier livre des Fables destiné à l’éducation du fils du roi de France. Le texte s’inscrit dans la tradition antique des fables, dans la lignée des textes d’Esope. Mais ce poème s’inscrit également dans son époque, siècle dit “des moralistes”. Effectivement, le siècle classique défend une certaine idée de la morale dans des textes dominés par le registre didactique, à l’exemple des fables.

Problématique

Dans quelle mesure ce récit léger transmet-il un message moral?

I) Un récit léger

A/ Un apologue

  • D’abord, le texte est très court.
  • Ensuite, il reprend les caractéristiques de la fable. Effectivement, elle consiste à utiliser la personnification des animaux pour mieux dénoncer les défauts humains.
  • De plus, le récit est très simple.
  • Enfin, le texte s’achève par un message moral.

B/Un texte poétique

  • Premièrement, le texte est en vers. Il recourt à des vers simples comme l’octosyllabe ou le décasyllabe. Ils sont plus brefs et plus rythmés que l’alexandrin, utilisé parfois.
  • Deuxièmement, le parallélisme de construction entre les vers 1-2 et 3-4 renforce ce rythme binaire (en deux temps): “maître corbeau” et “maître renard”.
  • Troisièmement, le dialogue est rendu vivant par un dialogue.
  • D’ailleurs, les phrases sont courtes: “Que vous êtes joli!” La légèreté est renforcée par l’usage de la forme exclamative.
  • Ensuite, le registre comique renforce l’aspect plaisant de ce petit récit: “jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus”.
  • Enfin, le registre ironique vient justement renforcer la légèreté de ce texte. Ainsi, le personnage qui ment dit “sans mentir”.

C/Des animaux humanisés

  • -D’abord, les deux personnages évoqués dès le titre sont des animaux. D’ailleurs, ils sont désignés par des caractéristiques animales: “ramage”, plumage”). C’est justement le choix de personnages animaux qui rend le récit plus agréable pour un enfant. Mais il permet également de s’adresser aux adultes sans tomber sous le coup de la censure.
  • En effet, les animaux parlent.
  • En outre, les animaux sont humanisés. Ils sont appelés par des titres humains: “Maître”, “Monsieur”.
  • Ensuite, le corbeau possède un fromage que le renard veut récupérer. Cependant, ces animaux ne sont pas des mangeurs de fromage. Le lecteur comprend que celui qui mange du fromage est bien l’homme. dès lors, nous comprenons que ces animaux sont une image de nous.
  • D’ailleurs, le corbeau exprime des émotions humaines: “honteux et confus”. Pire encore, les deux animaux ont des défauts bien humains: le corbeau est orgueilleux tandis que le renard est flatteur.

II) Un message moral

A/Deux personnages antagonistes

  • Tout d’abord, le corbeau, “perché” et possédant un fromage, semble dans une situation plus favorable que son compère.
  • Ainsi, nous pouvons en déduire que chacun représente une classe sociale différente. Premièrement, le corbeau est dans une position supérieure et possède un bien convoité. Il appartient donc à la noblesse. A l’inverse, le renard est placé dans une situation inférieure et ne possède rien, il semble donc être un représentant du peuple.
  • Par ailleurs, le corbeau est orgueilleux. En effet, il veut montrer au renard son joli “ramage”. Quand au renard il est menteur et flatteur.

B/L’éloquence du renard

  • D’abord, rappelons que le renard est connu pour sa malice. Ici, il est un orateur habile.
  • Ensuite, il maîtrise la parole car il est capable de métaphores hyperboliques telles que  “Vous êtes le Phénix”.
  • A l’inverse, le corbeau demeure silencieux. Or la parole est une forme de pouvoir, elle tend à renverser les valeurs sociales évoquées précédemment.
  • De plus, le renard cherche à toucher les sentiments de son auditeur en faisant appel à la flatterie. Il ne recourt donc pas à la rationalité de la conviction mais bien à la persuasion. (voir la fiche récapitulative sur l’argumentation)

C/La morale de la fable

  • D’abord, comme toujours, la morale est énoncée au présent de vérité générale.
  • Puis, la morale est énoncée par le renard lui-même. Il la livre à celui qu’il a trompé. Son message en est renforcé et la leçon n’en est que plus terrible.
  • D’ailleurs, le message est délivré sur un ton moqueur. “Mon bon monsieur” prend une dimension ironique.
  • Ensuite, le renard se vante de sa réussite tandis que le corbeau est “honteux et confus”.
  • Enfin, le “sans doute” dans la morale prend une tonalité ironique. “Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.”

Merci d’avoir lu cette fiche “La fontaine le corbeau et le renard”. Poste tes questions en commentaire. D’autres cours pourront t’aider:

Le mouvement classique

Le recueil complet des fables (téléchargement pdf accessible)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.